Breaking News Courses

Kevin Lacroix lutte pour le championnat en NASCAR Pinty’s

Il y a deux ans, Kevin Lacroix est arrivé en plein milieu de la saison. L’an passé, il échappe le titre de recrue de l’année aux dépens d’un pilote de 11 ans son cadet. Cette saison, Lacroix poursuit sa quête pour l’obtention du championnat de la série canadienne de NASCAR.

L’Eustachois a connu une première moitié de calendrier satisfaisante en récoltant trois victoires, soit tous sur circuit routier. Il en a profité pour amasser cinq top 5 et a exclu du top 10 une seule fois alors qu’il n’a pas rallié l’arrivée en raison d’un problème de transmission la semaine dernière.

« Nous avons fait du bon travail jusqu’à maintenant, raconte Kevin Lacroix avant l’épreuve de Trois-Rivières. Sur les routiers j’ai été dominant et sur les ovales, on a vu que je suis capable de rouler en avant lors de la dernière épreuve. Partir dernier et remonter premier avant des incidents, ça démontre que je peux faire le travail. »

La série NASCAR roule principalement sur des circuits ovales. La division canadienne ne fait pas exception à cette règle. Cinq des 13 courses se déroulent sur tracé routier. Ce qui semblerait désavantager l’Eustachois.

« C’est sûr qu’il y a huit circuits ovales et cinq circuits routiers. Alex est meilleur sur les ovales et moi sur les routiers. C’est un peu avantageux pour Labbé (N.D.L.R. Labbé coure dans une série sur circuit ovale au Québec en parallèle à la Pinty’s). Nous essayons de compenser. Depuis le début de la saison, on a bien fait nos devoirs et notre stratégie fonctionne. Il faut continuer de la respecter.

« Il y a beaucoup de compétitions sur les circuits routiers. Je n’ai pas été dominant à chaque épreuve, évoque Lacroix. Des fois, il arrive que je ne sois pas le plus rapide. Cependant, j’ai été opportuniste autant à Mirabel qu’à Toronto.»

 

Poursuivre sur sa lancée

S’il est parfait sur circuit routier cette saison, l’épreuve de Mirabel ne s’est pas déroulée sans jouer du coude, ce qui a déplu à certains de ses adversaires.

« Je me sentais mal au début après que je sois rentré en contact avec d’autres pilotes. Par contre, lorsque j’ai vu que leurs réactions étaient démesurées, j’ai cessé de m’en faire. D’ailleurs d’autres coureurs ont fait pire que moi à Toronto », souffle-t-il.

Cette fin de semaine se déroule la 48e édition du Grand Prix de Trois-Rivières. Lors des deux dernières éditions de l’épreuve, Kevin Lacroix est sorti victorieux des deux dernières épreuves trifluviennes grâce à des duels serrés avec Andrew Ranger. D’ailleurs en séance de qualification de 2016, il avait réalisé le record du tour en voiture NASCAR en 1 :06.889.

« Le gros de notre succès se passe au niveau des réglages. Lorsque nous sommes arrivés en 2015, nous avons été chanceux de tomber sur cet ensemble de réglage », raconte celui qui a fait le quatrième temps samedi dernier.

 

Une problématique, mais…

Le nombre d’inscrits a grandement diminué dans la série NASCAR Pinty’s. S’il n’était pas rare de voir 25 inscrits lors des épreuves en sol québécois sur circuit routier, à peine vingt pilotes sont inscrits pour l’épreuve de Trois-Rivières. À Mirabel, ils étaient seulement 17 pilotes en piste.

« J’ai fait valoir mes points auprès des dirigeants que la série est dispendieuse et certains n’ont pas les ressources financières pour maintenir la cadence. Le calendrier est exigeant, ce n’est pas évident. C’est sûr que la diminution d’inscrits peut être plate de l’extérieur et que ça peut enlever de la crédibilité. Néanmoins, le noyau reste le même », mentionne Lacroix en faisant référence aux frères Dumoulin, Ranger, Tagliani et compagnie.

« Pour ce qui est de trouver des pistes de solutions, on ne peut pas vraiment réduire les coûts, poursuit-il. Il faut trouver des commanditaires pour la série et c’est son rôle de vendre le produit afin d’avoir plus d’argent pour les écuries. »

Si le coût monétaire peut être un problème pour certains, ça ne semble pas déranger outre mesure Kevin Lacroix. Avec un décompte de quatre épreuves à disputer, Lacroix a 23 points de retard sur Alex Labbé et dix d’avance sur Cayden Lapcevich. L’Eustachois ne se laissera pas piler sur les pieds d’ici la fin de la saison pour tenter de remporter son premier championnat en série Pinty’s.

 

Crédit photo: Sébastien Gervais

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *