Breaking News Courses Uncategorized

Valérie Chiasson tourne la page sur la saison 2016

C’est une première saison en série Porsche qui se tourne pour Valérie Chiasson. La Tremblantoise est revenue de Mosport avec le huitième rang en poche du championnat GT3 Porsche.

Au cours des deux épreuves de la fin de semaine dans la série Porsche, la pilote de la voiture numéro 27 a croisé le fil d’arrivée au sixième rang de sa catégorie. La fin de semaine n’aura pas été rose pour Chiasson.

« J’ai fait la première course, j’avais un problème de pneu, raconte celle qui a eu toute une frousse en raison d’un pneu éclaté lors des essais de vendredi. J’avais une grosse vibration dans l’auto. Lors de la deuxième journée, ça n’a guère été mieux. Ma saison en Porsche était d’apprendre et c’est ce que j’ai fait. J’ai piloté contre les meilleurs pilotes en Amérique du Nord. »

La femme de 27 ans a eu plusieurs inconvénients qui l’ont gêné dans sa préparation pour les deux courses de 45 minutes.

« J’ai testé mercredi la voiture avant la fin de semaine, mais le tuyau pour la servodirection a cédé, raconte Chiasson. Après 20 minutes d’essai, j’ai dû mettre fin à la séance et attendre qu’on trouve la pièce de rechange. »

Les deux manches de la série Porsche à Mosport marquaient la fin de la saison 2016 de la série Porsche. Après avoir participé à ce championnat pour la première fois de sa carrière, Chiasson a apprécié le professionnalisme de la série. Toutefois, la hantise des bris mécaniques s’est faite présente au cours de la saison.

« Ce que j’ai moins aimé c’est la peur des bris mécaniques avec ces voitures. Ça coûte tellement cher avoir des accidents que tu as une pression de plus. Tu te demandes : si je plante, ça va coûter combien? Oui, tu as des assurances, mais au niveau monétaire tu as un stress de plus à gérer que tu n’as pas dans les petites séries. »

« Quand tu montes de série, on ne pense pas trop. Les jeunes veulent aller dans les grosses séries. Par contre, t’es mieux d’attacher ta tuque parce que le coût financier est là. »

dsc_8253

Fin de semaine à oublier en Micra

Dans la série de sous-compactes, ce fut loin d’être le scénario souhaité. La pilote a dû passer son tour lors de la séance de la première séance de qualification. Dimanche matin, elle participera qu’à 10 minutes de la séance de qualification.

« Il y a eu un manque de la flexibilité de la série. J’avais à peine 10 minutes entre les deux qualifications des deux séries. J’ai fait une demande en début de semaine pour que je puisse porter mon habit de Porsche pour une des deux qualifications, explique Chiasson. Ça m’a été refusé. Si je n’avais pas mon habit de la série Micra je partais du fond de la grille, ce que j’ai décidé de faire. »

« Il y avait trois pilotes qui n’avaient pas le bon habit lors de la séance de qualification, clame-t-elle. Un des pilotes est même allé avouer qu’il n’avait pas le bon habit et il n’a jamais eu de sanction. »

En course, elle transporte sa frustration en piste. Elle remonte petit à petit le peloton au cours de l’épreuve. Chiasson complète le tout 30 minutes plus tard en ayant remonté de 14 positions en croisant le fil d’arrivée au 12e rang. Si samedi  les choses semblaient de bon augure, dimanche elle a été ramenée sur terre. La Tremblantoise explose son moteur au 4e tour.

« En Micra, le moteur ne saute pas comme ça. Le gasket de tête cède en premier. Ensuite, l’ordinateur ralentit énormément l’auto et le moteur surchauffe. »

Par ailleurs, elle ne prévoit pas à prendre part aux deux dernières épreuves du calendrier. La finale de la série se déplace à Mont-Tremblant. Chiasson ne sait guère où elle se retrouvera l’an prochain, mais il n’y a aucun doute que si elle peut, elle reprendra le volant sans hésiter.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *