Armada Hockey LHJMQ Zone vidéo

L’Armada au pied du mur

Peter Trainor a marqué le but vainqueur en prolongation pour permettre aux siens de reprendre les devants dans cette série 3-2.
Peter Trainor a marqué le but vainqueur en prolongation pour permettre aux siens de reprendre les devants dans cette série 3-2.

Boisbriand, 11 avril 2014 — L’Armada et l’Océanic amorçaient le tout dernier match cette série à Blainville avec une égalité de 2-2. Une autre prolongation a été nécessaire pour déterminer le vainqueur, mais cette fois Rimouski a eu le dessus, l’emportant ainsi 4-3.

L’Armada pouvait compter sur le retour de Ryan Tesink dans son alignement, lui qui a terminé sa suspension de cinq parties suite à une mise en échec par-derrière à l’endroit d’Adam Holwell. Ce dernier n’a pu s’inscrire au pointage, mais a connu tout de même plusieurs bonnes séquences.

Les deux équipes connaissaient l’enjeu de cette rencontre et le rythme a vite été très intense d’un côté comme de l’autre. Après un avantage numérique pour les locaux, ces derniers ont écopé à leur tour d’une pénalité. Danick Martel a toutefois marqué malgré tout en sur un deux contre un avec Samuel Tremblay.

Anthony DeLuca a créé l’égalité sur une belle percée au filet pour créer l’égalité, mais le petit attaquant de Drummondville est revenu à la charge en milieu de période. Il a enfilé son deuxième du match après une interception en zone adverse, surprenant Desrosiers.

Christopher Clapperton a ensuite donné un bon coup d’épaule à Rusk éclatant du même coup la baie vitrée. Le premier entracte est devancé avec un peu moins de cinq minutes à faire. Au retour, Marc-Olivier Roy a trompé la vigilance de Desrosiers avant la fin du premier vingt d’un tir que n’a pas semblé voir le gardien.

Rimouski a réussi à réduire l’écart en tout début de deuxième période par l’entremise de Michael Joly. Puis même chose en troisième période : alors qu’il y a moins d’une minute d’écoulée au cadran, l’Océanic marque. Cette fois, Sylvestre profite du cafouillage de Walcott pour niveler le pointage.

Pour une deuxième fois dans cette série, la prolongation a été nécessaire. L’Armada a bien entamé celle-ci, mais un hors-jeu à retardement a littéralement déconcentré les joueurs, laissant la porte grande ouverte à Trainor qui s’est échappé. Étienne Marcoux a réalisé tout un arrêt avant de voir, impuissant, l’attaquant de l’Océanic pousser son propre retour au fond du filet.

L’Océanic a ainsi remporté le cinquième match de cette série et retourne pour deux rencontres à Rimouski avec l’avance 3-2.

 

Duel marqué par les revirements

Les deux équipes n’ont pas cessé de causer des revirements tout au long de la rencontre, causant plus de la moitié des buts. Le filet gagnant a d’ailleurs été marqué suite à cette situation, en plus du hors-jeu.

« C’est dur à savoir pour un joueur d’avant, a expliqué le pilote de l’Armada. Tu vois un hors-jeu à retardement, tu penses à sortir de la zone, pas à toucher à la rondelle. »

 

Rien n’est gagné

Avec cette victoire, Rimouski n’a plus qu’à gagner une partie sur deux à domicile. Même s’il affirme que la pression n’est plus de leur côté, Serge Beausoleil ne saute pas encore aux conclusions.

« Je m’attends à un match moins facile encore, a indiqué le pilote de Rimouski. C’est une équipe qui travaille avec acharnement et qui ne lâche jamais, je ne m’attends pas à ce qu’ils arrivent et nous donnent la victoire. Il va vraiment falloir sortir notre meilleur match de la série. »

Du côté de l’Armada, on reste confiant même si on sait que la tâche sera loin d’être facile.

« Ce sera un match comme les autres : une bonne partie de hockey, a affirmé Jean-François Houle. On ne changera pas beaucoup de choses, on va utiliser notre vitesse comme on l’a fait tout au long de la série. »

« Je ne changerai pas ma préparation, a confié Étienne Marcoux. On s’en va là-bas et on va gagner le prochain match. Je vais me concentrer à arrêter chaque rondelle et il va arriver ce qui va arriver. »

Le sixième duel entre les deux formations aura lieu lundi à Rimouski à 19h30. Si un septième a lieu, ce sera le lendemain à la même heure.

Maxime Hébert, SportsDuNord