Hockey LHJMQ Saguenéens

Les Remparts sauvés par la cloche

Laurent Dauphin a stoppé la séquence de presque 200 minutes de blanchissage des Remparts
Laurent Dauphin a stoppé la séquence de presque 200 minutes de blanchissage des Remparts

On  avait trois bonnes raisons de s’attendre à un affrontement de qualité entre les deux équipes. La première était que les Saguenéens avait remporté leurs deux premiers matchs face aux Remparts au compte de 4-3. La deuxième était que les Remparts n’avaient pas donné un seul but à leurs sept dernières périodes !

La troisième raison était que les rencontres dans le cadre de la rivalité de la route 175 sont rarement de mauvaise qualité ! Samedi après-midi n’a pas fait exception, alors que les Remparts se font sauver par la cloche et l’emportent 3-2.

Deux matchs différents dans le même 60 minutes

Contrairement à leur dernier match, les Bleus ont débuté le match en force, mais ils n’étaient pas les seuls.

Un peu avant la moitié du premier vingt, Nick Sorensen a sauté sur son propre retour en avantage numérique et l’a fait passé de justesse entre le bâton de Julio Billia et son poteau.

Par la suite, un tir de Cody Donaghey, bloqué initialement par le portier des Sags, a dévié sur un de ses coéquipiers et sur Anthony Duclair pour se retrouver derrière la ligne de but. Le but a été crédité à l’espoir des Rangers.

Les Diables rouges en ont ajouté, encore en avantage numérique, en deuxième période. Ryan Culkin marque d’un tir de la pointe qui trompe Julio Billia à sa droite.

Alors qu’ils évoluaient à trois joueurs contre cinq et après 199 minutes et 56 secondes sans donner de but, les Remparts ont finalement flanché. Laurent Dauphin a contourné le filet de Calum Booth avant d’y mettre la rondelle pour stopper la deuxième meilleure séquence sans donner de but par une équipe. Le record est de 207 minutes et quatre secondes.

C’est là que le vent a complètement changé de côté, alors que les Sags n’ont pas cessé de mettre de la pression, profitant d’un rare moment avec le vent dans les voiles depuis quelques matchs.

Quelques instants après le but de Dauphin, William Gignac a réduit l’écart de moitié en profitant d’un retour de lancer.

Par la suite, les Sags n’ont jamais cessé de dominer les Remparts, tirant à 22 reprises sur Calum Booth dans toute la troisième période alors que leur gardien Julio Billia ne voyait que deux petits lancers.

Toutefois, ils n’ont jamais réussi à créer l’égalité.

Un bon match, mais…

Après une défaite amère comme celle-là, disons que Patrice Bosch n’était pas totalement satisfait de la rencontre des siens.

« Je suis satisfait de la troisième période, mais je n’ai pas senti que les deux autres était toujours à l’avantage des Remparts. Ils ont bien joué, mais on a manqué un peu d’agressivité en zone adverse. »

En troisième, Julio Billia n’a fait face qu’à deux tirs. Il termine le match 23 arrêts
En troisième, Julio Billia n’a fait face qu’à deux tirs. Il termine le match 23 arrêts

Les trois buts des Remparts en avantage numérique sur quatre tentatives n’aide pas à redonner le sourire à l’instructeur. « Soit il y a eu des drôles de prises de décision, soit leur avantage numérique était excellent, soit notre désavantage numérique était mauvais, soit toutes ses réponses. »

Contrairement à l’attaque massive des Diables rouges, la présence de la foule, beaucoup plus bruyante qu’à son habitude, surtout en troisième période, a fait du bien à la troupe du Saguenay. « Tout le monde, même les entraineurs, on a l’impression qu’on est invincible quand la foule est comme ça. On a fait des choses qu’on croyait incapable de faire grâce à la foule. Tu sens que la foule empêche le momentum de changer de côté. »

Selon Bosch, il est très probable qu’un but plus tôt aurait changé l’histoire du match. « Je pense que l’on aurait eu le momentum plus tôt si on avait marqué sur notre avantage numérique en première. Des fois, on a besoin de la petite étincelle pour partir. Ça aurait été différent si on avait marqué en première ou en deuxième. Je ne peux pas dire que je ne suis pas content de l’effort de mes joueurs ou quelque chose comme ça. »

En tout cas, on peut être à peu près certain que les entrées en zone offensives seront travaillées à l’entrainement. « On n’envoyait pas la rondelle au filet parce qu’il n’y avait personne qui y était et il n’y avait personne au filet parce qu’on n’envoyait pas la rondelle. C’est une roue sans fin. »

D’un côté plus humoristique, on lui a demandé son avis sur le combat entre Georges St-Pierre et Johny Hendricks de samedi soir. « GSP, là. C’est sûr… »

Prochains matchs

Les Sags auront une semaine plutôt calme, leur prochain rendez-vous n’étant que vendredi, alors que les Islanders de Charlottetown seront au Saguenay dès 19h. Ce sera au tour des Wildcats de Moncton le lendemain à 16h.

La formation de Patrice Bosch devra en profiter, puisque le début du mois de décembre sera assez chargé, avec un total de sept parties entre le 27 novembre et le 11 décembre (15 jours).